Entrepreneur à succès : quand la réussite arrive sans prévenir avec Marine, de l’Atelier Marine

9 juin 2021
Doriane Baker

8

Marine est une artiste-entrepreneur. Elle se définit comme directrice artistique pour englober ses différentes casquettes dans le domaine de la création. C’est la deuxième artiste-entrepreneur que j’accueille et chaque histoire est exceptionnelle, car il y en a qui défie tout ce qu’on connaît : on doit travailler dur, essuyer certains échecs avant de rencontrer le succès. Mais ce n’est pas ce qui est arrivé à Marine.

Son succès lui est quasiment tombé dans les mains, sans qu’elle s’en rende compte. Dans cet épisode, on analyse les éléments qui ont pu faire d’elle une entrepreneure à succès, sans qu’elle s’en aperçoive.

Belle écoute !

Enregistre cet article pour plus tard

entrepreneur à succès

Entrepreneur à succès : une réussite inattendue pour Marine

La création de son entreprise

Marine a toujours été influencée par le côté esthétique des choses et son environnement. Elle a suivi des études en communication visuelle, puis en direction artistique. En parallèle de sa dernière année d’études, elle a créé son entreprise pour faire du design graphique, le temps de trouver un poste dans le salariat. Elle a commencé en tant que freelance et a fini par être embauchée comme salarié fin 2017.

Elle a tenu 2 ans, jonglant entre son activité de salariée et son entreprise. Elle a pris la décision de se consacrer à 100 % à son business après un burn-out. C’était un rythme qui n’était pas fait pour elle. Elle ne se sentait plus elle-même au travers de cette agence et elle a décidé de partir. Ce fut une décision radicale, mais un choix s’imposait. Aujourd’hui, elle se consacre uniquement à son entreprise, l’Encrerie Marine.

  • un e-shop où elle vend ses créations, plus personnelles ;
  • des collaborations avec des marques (illustrations sur des produits) ;
  • création de contenu sur les réseaux sociaux avec des tests de produits (peinture…) ;
  • de la prestation en branding (création d’univers de marque, d’identité pour les marques…).

La mise en avant de son art sur les réseaux sociaux

Selon Marine, si personne ne regarde ton art, ton art n’existerait pas. Elle donne une grande importance à son public et c’est pour cette raison qu’elle partage ses créations sur les réseaux sociaux. Elle tient à sa communauté, car elle sait que ces personnes sont venues d’elles-mêmes, qu’elle crée une connexion entre chaque abonné qui constitue son audience, même s’ils sont différents.

Elle essaie de réfléchir à ce qui plaît, sans forcément y penser trop non plus. Elle adapte son contenu, notamment en faisant plus de Reels (format en vogue sur Instagram). Elle essaie avant tout de se faire plus confiance et de suivre son intuition. Cette façon de fonctionner lui a permis d’attirer des personnes qui souhaitaient travailler avec elle.

Des collaborations avec de grandes entreprises

C’est en partageant du contenu sur les réseaux sociaux et en ouvrant son e-shop (dévoilant toute sa créativité) qu’elle a collaboré avec de grandes entreprises. Elle a travaillé avec Carré Blanc, Sanoflore, Cultura et des magasines comme « Elle ».

Ce succès lui est tombé dessus sans crier gare, sans qu’elle mette de réelles actions ou de quelconques stratégies en place. Elle s’est sentie illégitime sur le coup, même s’il ne s’agissait que des résultats de son travail après tout.

Marine a ce mode de fonctionnement où elle attend que les belles choses arrivent d’elles-mêmes. Elle suit son instinct et fait en sorte que son travail soit visible : elle montre et expose ce qu’elle sait faire, ce dont elle est capable, pour que ceux qui se sentent touchés et concernés viennent à elle.

Pour ma part, cela fait quelques années que je suis ce que fait Marine et j’ai vite accroché à son compte : ses vidéos sont captivantes et on apprécie les détails qui se remplissent petit à petit sur son tableau.

La définition du succès selon Marine

Atteindre le succès serait de trouver un bon équilibre de vie. Marine explique que tout a tendance à se mélanger, surtout lorsque l’on est entrepreneur. Elle se rend compte qu’elle travaille beaucoup et qu’elle devrait lever le pied, mais elle n’y arrive pas vraiment.

C’est pour cette raison qu’à ses yeux, le succès c’est trouver un équilibre entre son activité, sa santé, sa vie personnelle, être aligné et que tout fonctionne ensemble. Elle illustre son propos en prenant pour exemple l’image d’une entreprise qui « tourne à fond », mais dont le propriétaire est malheureux et n’est pas bien dans sa peau.

Comment se lancer pour vivre de son art ?

La vision du métier de la création

Souvent, les gens ont tendance à avoir l’image d’un métier précaire lorsqu’on entre dans le domaine de la création. Toutefois, ce sont les personnes du métier qui renvoie cette image selon Marine. Ce qui se passe depuis ces dernières années avec l’ère d’internet n’aide pas à redorer le blason des personnes du métier.

  • beaucoup de contenus gratuits accessibles ;
  • des sites avec des logos à quelques euros ;
  • beaucoup de concurrence (souvent déloyale).

Les gens ne se rendent pas compte de tout le travail qu’il peut y avoir derrière la création d’un univers de marque par exemple (réflexion, stratégie…). Les professionnels auront tendance à se brader et abaisser le niveau, car ce genre de pratique pousse à casser le marché : résultat, on ne peut pas vivre de son activité.

Étant donné que ce n’est pas du matériel, il y a un gros travail d’éducation à faire pour que les clients comprennent toute la valeur derrière la création. Une prestation chez un professionnel ne sera pas la même expérience vécue sur un site où le logo est vendu à très bas coût par exemple :

  • les informations demandées pour l’exécution de la prestation ne seront pas les mêmes (valeurs, objectifs du business…) ;
  • l’univers de marque créé véhicule l’image du business (potentiel facteur d’augmentation de CA) ;
  • le logo à 5 euros ne donnera pas le même résultat et la qualité qu’une identité visuelle complète confiée à un professionnel ;
  • on achète pas seulement une identité visuelle, mais aussi des droits d’auteur, de diffusion et de reproduction.

La charge de travail en tant qu’artiste-entrepreneur

Marine a fait le choix d’avoir 2 types d’activités, ce qui lui donne donc 2 fois plus de travail. Elle avait besoin de cet équilibre pour vivre une diversité dans ses journées. Si elle n’effectuait que des prestations, elle aurait ressenti comme un vide, un manque. C’est pour cette raison qu’elle a son e-shop en parallèle pour montrer ce qu’elle sait faire : il agit comme une sorte de vitrine sur internet.

Étant donné sa charge de travail, elle a délégué les envois et les commandes de son e-shop, car elle n’y arrivait plus et cela cassait totalement ses élans de créativité. Elle avait besoin de retrait pour pouvoir produire, sauf qu’elle n’avait jamais ce temps-là.

Elle essaie de se consacrer davantage à la partie création. Lorsqu’un artiste se lance dans l’entrepreneuriat, sans agent qui s’occupe de la partie contrat (ce qui est son cas), elle estime consacrer 20 à 30 % de son temps à la création. Elle tente d’inverser la tendance et de trouver un équilibre même si c’est difficile : la charge de travail qu’elle a n’est pas le meilleur exemple pour les artistes-entrepreneurs qui veulent se lancer.

Amy Jones, de Studio Jonesie, nous avait fait part de ses difficultés en tant qu’artiste-entrepreneur. Elle pointait notamment du doigt cette organisation qu’il fallait absolument avoir pour pouvoir jongler entre sa vie professionnelle et personnelle.

Stimuler sa créativité au quotidien en étant entrepreneur

Marine scinde son côté créatif en 2. Dans un premier temps, lorsqu’il s’agit de prestations client, elle a un cadre qui lui permet de créer, ce qui est plus simple pour elle. Elle se met dans de bonnes conditions, dans un endroit calme où elle se sent bien. En travaillant chez elle, elle se retrouve dans un environnement qu’elle aime, entourée de plantes, ce qui l’apaise et l’inspire.

Dans un second temps, il y a l’aspect créatif à 100 %, où c’est elle qui crée de A à Z (pour elle-même, son e-shop, ses réseaux sociaux ou son site internet). Dans ce cas-ci, une multitude de possibilités s’offrent à elle et pour pouvoir avancer, elle se pose un cadre, comme une sorte de cahier des charges.

Le côté créatif impose cette vision de devoir faire le plus beau des dessins, de toujours faire mieux. Or, une création est difficile à évaluer : c’est pour cette raison qu’elle se fixe des barrières invisibles (choix de couleur, sujet précis…) pour prendre une direction et foncer.

Elle s’impose également des breaks. On aura tendance à culpabiliser en se disant que ce temps « perdu » pour une promenade ou une sortie le week-end aurait pu être utilisé autrement. Mais Marine explique que ce ne sera jamais perdu, car on se nourrit visuellement dans ce genre de moment et cela peut inspirer :

  • accumulation des choses de la journée, parfois inconsciemment ;
  • les jeux d’ombres ;
  • les plantes ;
  • les architectures.

Entrepreneur à succès de façon totalement inattendue, Marine nous livre son expérience. Même si elle l’accepte, elle estime n’avoir pas encore atteint le succès en lui-même : l’objectif serait de pouvoir trouver un réel équilibre dans son activité. Elle a fait confiance à son intuition et les collaborations sont venues à elle, comme si son entreprise était venue la chercher.

Pour encourager les éventuels futurs artistes-entrepreneurs, elle te livre 3 conseils :

  • ne pas s’attendre à vivre du rêve uniquement : il faut s’attendre à devoir consacrer davantage de temps à la gestion de son entreprise plutôt qu’à la créativité (gare à la frustration) ;
  • s’autoriser à être soi : il ne faut pas essayer de faire comme les autres ou les copier (parce que telles choses ont fonctionné) surtout dans les métiers de la création. Il faut s’inspirer, mais aussi se faire confiance pour pouvoir se démarquer et attirer les gens à soi avec sa propre identité.
  • avoir confiance en soi : il s’agit ici de ne pas se brader, de mettre en valeur son travail. Cela passera par des prestations, fixer le prix juste et ne pas toujours les négocier et parfois, devoir refuser des prestations. Ce sera difficile au début, mais si on se « laisse faire » ce ne sera pas viable autant pour soi que pour les autres.

Tu peux retrouver Marine ici

Instagram   E-shop   Facebook   Pinterest

Article à lire

entrepreneur à succès

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest